Frontière

La ministre de la Justice soutient le rapatriement des djihadistes

Depuis des années, nous demandons au gouvernement qu’il interdise le retour des djihadistes et les déchoie de leur nationalité : ils ont trahi la France ; ils n’ont plus leur place en France.

Emmanuel Macron les laisse revenir ou les rapatrie. 215 djihadistes adultes sont déjà revenus en France après être partis faire le djihad en Syrie ou en Irak (depuis 2012) : 148 sont écroués et 67 sont libres (ministère de la Justice, au 8 juillet 2019).

Au contraire, le gouvernement britannique a eu le courage de prononcer quelque 150 « passport bans » pour empêcher le retour de ressortissants anglais partis faire le djihad.

Notre proposition : La sécurité des Français prime le sort de ceux qui ont trahi notre nation. Pour éviter tout retour des djihadistes, nous avons fait une proposition forte en mars 2019 : que l’Europe prenne l’initiative d’un tribunal pénal international en Irak, un « Nuremberg des djihadistes », pour prononcer des peines d’exception. Les Kurdes eux-mêmes ont soutenu cette idée d’un tribunal pénal international. Ainsi les djihadistes seraient jugés, condamnés et détenus sur place.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.