Aveu d’échec de Nicole Belloubet sur la lutte contre les violences conjugales

Un rapport sur les homicides conjugaux réalisé par l’Inspection générale de la justice publié le 17 novembre révèle que dans 65% des cas d’homicide et de violences conjugales, la justice ou la police avaient préalablement été saisies. Dans 41% des 88 homicides conjugaux et tentatives, la victime s’était déjà signalée.

Nicole Belloubet a réagi à ce constat dans le JDD, expliquant que la chaîne pénale n’est pas satisfaisante.

POSITION DES RÉPUBLICAINS

Aujourd’hui, en France, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Cette situation n’est pas acceptable et il est urgent de réagir.

L’aveu d’échec de la garde des Sceaux est une première étape ; nous devons maintenant tout mettre en place pour lutter contre les violences. Nicole Belloubet devrait reconnaitre que c’est face à l’ensemble des violences que la chaine pénale n’est pas satisfaisante.

Notre proposition de loi visant à agir contre les violences faites aux femmes portée par Aurélien Pradié apporte plusieurs réponses :

  • l’élargissement du port du bracelet anti-rapprochement ;
  • un délai plus restreint pour les décisions des juges aux Affaires familiales (JAF) concernant les ordonnances de protection ;
  • une généralisation des téléphones grave danger. 

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.